Monday, 14 March 2016

Updated Links to Websites/Pages

Dear Vistor,

All links on the present blog which were broken and/or outdated have been removed and replaced with working links to the different websites.

Yours, 

Friday, 13 September 2013

Procedure to declare a Foreign Divorce Decree Executor/Executory in Mauritius

Below is a brief insight on the law and procedure relating to the enforcement of a foreign divorce decree in Mauritius.

A foreign divorce decree can be made executory in Mauritius by persons who are desirous of getting re-married or simply for the divorce decree to be enforceable.

The procedure is normally initiated by an Attorney at Law who will draft the application to be presented before the Family Division of the Supreme Court.

Documents which are required for making the application are as follows:

-The original Divorce Decree duly legalised/apostilled in the country from where it originates.

If it is not legalised/apostilled, the application may be refused by the Judge of the Supreme Court. The object of legalising the decree is to verify the authenticity of the document.

- A recent marriage certificate delivered by the Civil Status Division (if applicable)

- A statement from the opposing ex-spouse that he/she does not object to the proceedings (if applicable)

Once the application has been lodged it will be served on the adverse party and the Judge will order the decree executory if he is satisfied with the application.

Nothing in this article shall be construed as legal advice from the author. Professional advice should therefore be sought before any action is undertaken based on this article. You are kindly advised to contact the author for more detailed and personalised legal advice.

Thursday, 11 July 2013

Judicial Separation In Mauritius/Séparation de Corps a Maurice

Article 269 et sequitur du Code Civil Mauricien/s. 12 Divorce and Juudicial Separation Act 1982

La séparation de corps peut être prononcée à la demande de l’un des époux dans les mêmes cas et aux mêmes conditions que le divorce.

L’époux contre lequel est présentée une demande en séparation de corps peut former une demande reconventionnelle en divorce. Si une demande en divorce et une demande en séparation de corps sont simultanément accueillies, le juge prononce à l’égard des deux conjoints le divorce aux torts partagés  vide Veeramootoo v Veeramootoo 1990

La séparation de corps ne dissout pas le mariage mais elle met fin au devoir de cohabitation (Art. 272 CCM). La femme séparée conserve l’usage du nom du mari. Toutefois, le jugement de séparation de corps, ou un jugement postérieur, peut le lui interdire. En cas de décès de l’un des époux séparés de corps, l’autre époux conserve les droits que la loi accorde au conjoint survivant.

Il en est toutefois privé lorsque la séparation de corps est prononcée a ses torts exclusifs ou lorsqu’il a pris l’initiative d’une séparation de corps en raison de la rupture de la vie commune. La séparation de corps entraîne toujours séparation de biens (Art. 275 CCM).

La séparation de corps laisse subsister le devoir de secours; le jugement qui la prononce ou un jugement postérieur fixe la pension alimentaire due à l’époux dans le besoin.

Selon l’article 279 CCM, la reprise volontaire de la vie commune met fin à la séparation de corps. Pour être opposable aux tiers, celle-ci doit, soit être constatée par acte notarié, soit faire l’objet d’une déclaration à l’officier d’état civil. Mention en est faite en marge de l’acte de mariage.
La séparation de biens subsiste sauf si les époux adoptent un nouveau régime matrimonial.

Dans tous les cas de séparation de corps, celle-ci peut être convertie en divorce par consentement mutuel. Lorsque la séparation de corps a été prononcée par consentement mutuel, elle ne peut être convertie en divorce que par consentement mutuel. Du fait de la conversion, la cause de la séparation de corps devient la cause du divorce et l’attribution des torts n’est pas modifiée.

Le juge règle les conséquences du divorce. Cependant, les prestations et pensions entre époux sont déterminées selon les règles propres au divorce.

The Procedure/La Procedure:

The procedure is the same as that for divorce, i.e. by way of petition. Any application incidental to the petition must be done by way of motion and affidavit. A petitioner who has been granted a decree of judicial separation may at any time apply to the Court for the conversion of the decree into a decree of divorce. The respondent to a decree of judicial separation may, not earlier than 2 years after the date of the decree, apply to the Court for the conversion of the decree into a decree of divorce.

Wednesday, 29 May 2013

ENFORCEMENT OF FOREIGN JUDGMENTS IN MAURITIUS

Below is a brief insight on the law and procedure relating to the enforcement of foreign judgments in Mauritius.

In Mauritius, there are 3 pieces of legislation which govern enforcement of foreign judgments, namely:-

1. Article 546 of the Code de Procedure Civile, for the enforcement of judgments originating from countries other than the United Kingdom and Commonwealth Countries;

2. The Reciprocal Enforcement of Judgments Act 1923, for enforcement of UK judgments; and

3. The Foreign Judgments (Reciprocal Enforcement) Act 1961, for the enforcement of Commonwealth judgments.

The procedure to be followed for enforcing a foreign judgment will therefore depend on the country from which the judgment originated and there are specific conditions to be fulfilled in each case.

However, generally, an applicant wishing to enforce a foreign judgment will have to enter an action before the Supreme Court of Mauritius, for leave of a Judge to the foreign judgment registered in the Register of Foreign Judgments kept at the Registry of the Supreme Court. The Supreme Court on receipt of such an application, fix the time limit (a maximum of two months) within which the respondent should apply to set aside the application for registration. If no such application is made within the time limit, the Judge will order the registration of the Judgment and it will be declared executor in Mauritius.


Nothing in this article shall be construed as legal advice from the author. Professional advice should therefore be sought before any action is undertaken based on this article. You are kindly advised to contact the author for more detailed and personalised legal advice.

Wednesday, 20 March 2013

Code of Ethics for Attorneys

A pdf of the document is available on request.

Requests should be made at sandeep.07@hotmail.com.

Thursday, 27 December 2012

Law Practitioners Vocational Course Syllabus - University of Mauritius


LAW PRACTITIONERS VOCATIONAL COURSE
(ATTORNEYS, BARRISTERS and NOTARIES)
1. Objectives
The Law Practitioners Vocational Course offers high-quality training in legal principles from a practical perspective with an emphasis on legal techniques, reasoning and ethics. It aims at preparing candidates for either of the three streams (Attorneys, Barristers and Notaries) of legal practice existent in Mauritius. It has been designed in compliance with The Law Practitioners (Amendment) Act 2011 (Act No. 30 of 2011). Courses shall be taught in both English and French in line with the hybrid nature of the Mauritian legal system.

2. Course Requirements
Candidates should hold an LLB (Hons) with at least a Second Class, Second Division or a Maitrise en Droit/Masters 1 (Mention: Assez Bien) or a law degree as stipulated in The Law Practitioners (Amendment) Act 2011.

3. Course Duration
The Law Practitioners Vocational Course will be offered on a full-time basis and should be of a maximum of twelve months’ duration.
4. Course Conditions
(i) The Law Practitioners Vocational Course shall consist of 3 levels for each stream:
Level 1- Foundation (Initiation)
Level 2- Advanced (Approfondissement)
Level 3- Professional Practice (Pratique Professionnelle)
(ii) Each level is divided into subjects as prescribed by the Second Schedule of The Law Practitioners (Amendment) Act 2011.

5. List of Subjects

PART 1- All prospective law practitioners
CPLS3001-Conferencing
CPLS3002-Drafting of Legal Documents
CPLS3003-Ethics
CPLS3004-Opinion Writing

PART II- Prospective Barristers and Attorneys
CPLS2100 - Administrative and Constitutional Law
CPLS3000- Advocacy
CPLS2101-Arbitration and Mediation
CPLS2102-Civil Procedure
CPLS2103-Commercial and Business Law
CPLS2104-Criminal Procedure
CPLS2105-Evidence
CPLS2106-Family Law

PART III- Prospective Notaries
CPLS2107-Civil Procedure
CPLS2108-Commercial and Business Law
CPLS2109-Practical aspects of Family Law
CPLS2110-Practical aspects of the Law of Immovable Property
CPLS3005-Rédaction des Actes
CPLS3006-Responsabilité Notariale
CPLS2111-Revenue and Taxation Laws
CPLS3007-Tenue de l’Office Notariale

6. Course Plan

7. Outline Syllabus
ATTORNEYS, BARRISTERS and NOTARIES
Level 1: Foundation (Initiation)
CPLS1000-Introduction to Mauritian Legal System (Initiation au Droit Mauricien)
Distinctive features of the Mauritian legal system, Sources of Law, Statutory Interpretation, Legal research skills and reasoning for practitioners, Court Structure and Legal Institutions , Introduction aux Codes, Droit Objectif, Droits Subjectifs, La Preuve, Legal services in Mauritius.

ATTORNEYS AND BARRISTERS
Level 2: Advanced (Approfondissement)
CPLS2100 - Administrative and Constitutional Law
Constitution of Mauritius: Constitutional framework and adjudication, Electoral System, Human Rights, Judicial Review Mechanism, Grounds for Judicial Review, Procedure.
CPLS2101-Arbitration and Mediation
Alternative Dispute Resolution and its mechanisms, Negotiation, Mediation and Conciliation, Arbitration: domestic and international, Institutions of ADR, Practical Aspects of ADR Methods, Mauritius as a regional centre for international arbitration and mediation.
CPLS2102 - Civil Procedure
Supreme Court Rules, Intermediate and District Court Rules, Courts Act, Code de Procédure Civile, Courts (Civil Procedure) Act, Appeals, Practical aspects of torts, Droit international privé, Statement of claim, Plaint with summons.
CPLS2103 - Commercial and Business Law
Business Law Practice, Practical aspects of the law of contract, Privilèges et Hypothèques, Tax Law, Corporate law: practice and procedure, Labour Laws, Practical aspects of intellectual property law.
CPLS2104 - Criminal Procedure
Practical aspects of criminal law, Applied criminal procedure: The information, Pre-trial proceedings, Procedure in District Court, Intermediate Court and Supreme Court, Hearings in court, Appeals.
CPLS2105 - Evidence
Preliminary evidential matters, Types of Evidence, Burden and Standard of Proof, Competence and Compellability, Examination of Witness, Opinion evidence, Confessions, Corroboration, Hearsay evidence.
CPLS2106 - Family Law
Etat des Personnes, Incapacités, Filiation, Mariage, Nullité et Divorce, Protection from Domestic Violence, Régimes Matrimoniaux, Successions et Libéralités.
Level 3: Professional Practice (Pratique Professionnelle)
CPLS3000 - Advocacy
Preparation of case, Presentation and modes of address, Speeches, Effective communication, Examination-in-chief, Cross-examination, Re-examination, Bail application, Plea in mitigation.
CPLS3001 - Conferencing
General conference skills, Conducting a conference with a client, Questioning techniques, Advice, Interpersonal skills.
CPLS3002 - Drafting of Legal Documents
General drafting, Skills, Pleadings, Style and terminology, Drafting of legal documents.
CPLS3003 - Ethics
Professional relationships, Etiquette, Professional misconduct, Ethical issues in legal practice, Personal attributes and skills, Codes of Ethics: practice and application.
CPLS3004 - Opinion Writing
Good legal writing skills, Opinion writing process, Use of law in an opinion, Advice on evidence.

NOTARIES
Level 1: Foundation (Initiation)
CPLS1001 - Introduction to Mauritian Legal System (Initiation au Droit Mauricien)
Distinctive features of the Mauritian legal system, Sources of Law, Statutory Interpretation, Legal research skills and reasoning for practitioners, Court Structure and Legal Institutions , Introduction aux Codes, Droit Objectif, Droits Subjectifs, La Preuve, Legal services in Mauritius.
Level 2: Advanced (Approfondissement)
CPLS 2107 - Civil Procedure
Les Personnes (Famille, Filiation, Incapacités), Responsabilité contractuelle et délictuelle, Sûretés réelles et personnelles (Privilèges, Hypothèques, Sûretés fixes et flottantes, Nantissement), Droit international privé, Sécurité Juridique: spécificité de la pratique notariale.
CPLS2108 - Commercial and Business Law
Les personnes morales: sociétés, limited companies, Autres personnes morales: Global Business Licence holders, Protected Cell Companies, Limited Partnerships, Associations, Trusts, Fiducies et Foundations.
CPLS2109 - Practical aspects of Family Law
Droit patrimonial de la famille, Régimes Matrimoniaux, Successions, Libéralités, Partage, La communauté, La réserve, Techniques de Liquidation.
CPLS2110 - Practical aspects of the Law of Immovable Property
Techniques du Droit immobilier, Le conseil patrimonial, Urbanisme (morcellements, réglementation des autorités locales), Les baux de Pas Géométriques et de biens de l’Etat, Droit de la Construction, La copropriété des immeubles bâtis et les associations syndicales, Non Citizens Property (Restriction) Act.
CPLS2111 - Revenue and Taxation Laws
La Conservation des Hypothèques (Registrar-General’s Department), Les lois sur la publicité foncière (Land Duties and Taxes Act, Registration Duty Act), Fiscalité (Droits d’enregistrement et taxes de la publicité foncière), Le Cadastre, Fiscalité de l’Etude Notariale: income tax et TVA.
Level 3: Professional Practice (Pratique Professionnelle)
CPLS3005 - Rédaction des actes
Rédaction d’avis juridiques, d’attestations et de certificats, Rédaction de testaments et autres actes, Actes courants et techniques contractuelles.
CPLS3006 - Responsabilité notariale
Lois sur le notariat (Law Practitioners Act, Notaries Act), Code de Déontologie, Détournement de biens ou d’actes, Escroquerie, Abus de confiance, Faux en écriture publique ou authentique, La lutte contre le blanchiment d’argent, la fraude fiscale et les pratiques illicites: Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act et autres dispositions de même nature.
CPLS3007 - Tenue de l’Office Notarial
Comptabilité Notariale (comptes de l’Office et compte clients), Tenue pratique de l’Office, La responsabilité du notaire.
CPLS3001 - Conferencing
General conference skills, Conducting a conference with a client, Questioning techniques, Advice, Interpersonal skills.
CPLS3002 - Drafting of Legal Documents
General drafting, Skills, Pleadings, Style and terminology, Practical aspects pertaining to drafting of legal documents.
CPLS3003 - Ethics
Professional relationships, Etiquette, Professional misconduct, Ethical issues in legal practice, Personal attributes and skills, Code of Ethics: practice and application.
CPLS3004 - Opinion Writing
Good writing skills, Opinion writing process, Use of law in an opinion, Advice on evidence.
8. Disclaimer After completion of the Law Practitioners Vocational Course, candidates will obtain a Certificate of Attendance of the University of Mauritius. However, in order to be qualified as a professional Attorney, Barrister of Notary, candidates will need to satisfy the requirements as prescribed by the Council for Vocational Legal Education.



Monday, 1 October 2012

Les Différentes Formes pour faire le Commerce à Maurice avec leurs Avantages respectifs et leurs Inconvénients


1. Introduction
Les différentes formes sous lesquelles on peut faire le commerce à Maurice sont classés en quatre grandes catégories dont notamment : Les Sociétés, Les Compagnies, Le Trust et Le Soletradership.

Pendant la période coloniale française, l'île Maurice était en fait gérée par une société, "La Compagnie des Indes". Pendant l'occupation française, les activités commerciales et les institutions étaient régies par le "code de commerce". C'est seulement en 1810, suivant la Bataille Navale de Vieux Grand Port, que le Traité de Capitulation a été signé. Le traité dans son article 8 prévoyait que: "les habitants doivent conserver leurs religions, les lois et les coutumes".

Le Code de Commerce continua à rester en vigueur avec des amendements mineurs mais en parallèle, il fut introduit des lois anglaises sous forme d'ordonnances. Les différents types de sociétés étaient régis par le Code de Commerce ainsi que le Code Civil. Toutefois, ce n'est qu'en 1984 que Maurice entra dans l'ère moderne avec l'introduction d'un nouveau ‘’Companies Act’’. Néanmoins, ce n’est qu’au début du nouveau millénaire que le gouvernement a adopté des lois et des conventions plus en vogue. Par conséquent, en 2001, une nouvelle ‘’Companies Act’’ ainsi que le Trusts Act ont été promulgués.

  
2. Les Différentes Formes de Commerce avec leurs Avantages respectifs et leurs Inconvénients.

2.1    Sociétés (Partnerships)

La Société en Nom Collectif :
La société en nom collectif s’avère être une société de type familiale. Elle peut être définie comme une entreprise de deux ou plusieurs personnes connues comme des associés. Ces derniers ont la qualité de commerçants et se regroupent en vue d’une exploitation commerciale. Selon l’article 23 alinéa 1 du Code de Commerce :
 ‘Les associés en nom collectif ont tous la qualité de commerçant et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales.’

Donc les associés sont tenus personnellement et solidairement entre eux et se font confiance d’où l’intuitu personae devient important au sein de la société. Quant aux apports faits par les associes, elles sont faites en argent ou en industrie.

Les Avantages :
  • Il importe peu que les associés participent à la gestion de la société ou pas, ils acquièrent la qualité de commerçant dès la formation de la société.
  • La société peut être constituée par acte sous seing privé ; ce qui signifie l’acte est rédigé et signe par les seules parties, sans l’intervention d’un officier public et donc dépourvu des frais de notaire.
  • Aucun minimum capital n’est requis par la loi.

Les Désavantages :
  • La société est dissoute si l’un des associés est frappe de l’incapacité ou de l’interdiction  d’exercer une profession. D’autre part, la société est aussi dissoute en cas de révocation  ou de la mort d’un associé selon l’article 34 alinéa 1 du Code de Commerce qui prévoit :
La société prend fin par le décès de l’un des associés, sous réserve de l’application des dispositions de l’article 1867 du Code Napoléon.’

Il est à noter que la mort d’un associé s’avère être un inconvénient seulement en cas d’absence de clause de continuation.
  • La séparation des patrimoines des associés et celui de la société en nom collectif n’est pas réalisée de façon absolue. Les associés sont tenus personnellement des engagements sociaux. Cependant la nature de l’engagement  doit être justifiée pour que le créancier ait le droit de les poursuivre.
  • Les associés sont solidaires entre eux. Une solidarité qui dérive de la communauté d’action et d’intérêt est une solidarité légale et en cas de poursuite dirigée contre l’un des associés, tous les autres y sont également concernés.
Selon l’article 32 alinéa 1 du Code de Commerce :
       ‘Les parts sociales ne peuvent être représentées par des titres négociables. Elles ne peuvent être cédées qu’avec le consentement de tous les associés.’
        
Donc en cas d’absence de consentement unanime, les parts sociales ne pourront pas être cédées, ce qui peut s’avérer être au détriment de la société.

La Société en Commandite Simple :
La Société en Commandite Simple est une société constituée par un ou plusieurs associés appelés les commandités, et un ou plusieurs commanditaires.
Les commandités ont la qualité d’associés et de commerçants et ils restent indéfiniment responsables des dettes sociales.  D’autre part,  les commanditaires ont la qualité d’associés et participent au développement d'une entreprise commerciale sans pour autant devenir commerçantes.

Les Avantages :

  • Facilite l'association entre :
    - des personnes qui "ont des idées ou un savoir-faire" et qui sont disposées à prendre des risques en contrepartie d'une relative liberté d'action,
    - et des personnes qui ont des capitaux et qui souhaitent limiter leur responsabilité tout en disposant d'un droit de contrôle sur la gestion.
  • La société en commandite simple, SCS,  a une structure légale très souple.  En effet, la SCS permet aux mineurs et autres personnes interdites, par exemple,  une personne qui a fait l’objet d’une condamnation de devenir associés dans la société[i](voir Annexe).
  • Il n'y a pas de capital minimum exigé. 
  • Les associés commerçants peuvent faire des apports en espèce, en nature ou en industrie.  Les commanditaires aussi, peuvent réaliser des apports en espèce ou en nature, tel un fonds de commerce.
  • Les actions ne sont pas transmissibles sans accord des autres associés, ce qui garantit le caractère fermé de la société[ii](voir Annexe).
  • La responsabilité des commanditaires est limitée à leur apport versé.
  • Cet apport donne droit au bénéfice mais la participation en cas de perte est limitée à leur apport.
Les Inconvénients:

·         Les commandités sont indéfiniment  et solidairement responsables. La société peut donc se retourner contre eux en cas de dissolution pour le paiement de ses pertes.

·         La faillite de la société peut entraîner à la faillite des associés.

·         Il est difficile de céder les parts sociales. (Voir Annexe ii)

2.2    Companies
A Maurice, les ‘companies’ sont régis par la Companies Act 2001. La Section 21(8) prévoit que: « every company shall be deemed to be a commercial company ».  Il est également stipulé que toute entreprise est soit une ‘public company’ ou une ‘private company’.[1]

‘Private limited Company’

Selon la ‘Companies Act’, ‘a private limited company’ ne peut pas offrir ses actions au public. Comme il y a un minimum de 1 et un maximum de 25[2] membres, la structure de cette compagnie est beaucoup plus appropriée pour les petites compagnies et ou les entreprises familiales.

‘Public limited Company’

Cette entreprise est définie comme celle qui n'est pas une ‘private company’ et qui a à la fin de son nom, les mots ‘Public limited Company’, catégorisée comme ‘listed company’ ou ‘unlisted company’. Listed Company signifie que les actions de la compagnie peuvent être achetées ou vendues par le public sur le ‘Stock Exchange Market of Mauritius’.

Selon la ‘Companies Act 2001’, les ‘companies’ sont classées en quatre grandes catégories[3], definies par sa Section 2 :

‘Company limited by shares’

Le terme ‘company limited by shares’ désigne une compagnie qui a des actionnaires dont la responsabilité envers les créanciers, est limitée au montant initialement investi, c'est-à-dire, a la valeur nominale des actions détenues par eux[4].

‘Company limited by guarantee’

Ici, selon la Section 2(b) du ‘Companies Act’, la limitation de responsabilité des membres, prend la forme d'une garantie d’une somme nominale qu’ils s’engagent à payer en cas de  liquidation de la compagnie. 

Ces compagnies sont utilisées pour des organisations à but non lucratif, par exemple, à Maurice: le ‘Mauritius Institute of Directors’.



‘Company limited by both shares and guarantee’

Celle-ci est une compagnie dont la limitation de responsabilité de ses membres qui sont des actionnaires, est limitée au montant impayé sur les actions détenues par eux.
La garantie est limitée au montant qu’ils se sont engagés à contribuer  en cas de  liquidation de l’entreprise.[5]

Unlimited companies

D’après la Section 2 de l’acte, les membres de ‘unlimited companies’ ont une responsabilité illimitée sur la somme investie par eux. De plus, leurs propres biens sont en jeu lorsque l’entreprise est liquidée.

Global Business Licence 1

GBC1 est une société spécialisée dans les affaires mondiales qui se fait à partir de l'île Maurice avec des personnes qui sont tous des résidents en dehors de Maurice et où les affaires sont menées dans une monnaie autre que la roupie mauricienne - Part X  of Financial Services Act 2001.

Global Business Licence 2

Une société détenant une licence de ‘Global Business Company 2’ doit être constituée sous le Companies Act  de 2001 comme une entreprise privée, mais elle ne doit cependant pas faire des affaires avec tout résident mauricien et ne doit aussi pas faire des affaires en roupies mauriciennes.




Les Personnes Morales du Secteur Public

L’Etat et les personnes du droit public peuvent créer ou gérer des explotations ou participer à la surveillance à cause d’une mission d'intérêt général.  L’Etat peut aussi entrer dans une société des capitaux comme actionnaire et comme administrateur.  Par exemple, à Maurice, on a le STC Act 1982, qui établit le State Trading Corporation, qui mène des activités concernant les produits alimentaires entre autres.

Les avantages et désavantages des compagnies par rapport aux  d’autres types de commerce[6]

Les Avantages :

  • Une ‘company’ est une entité juridique distincte de la vie personnelle de ses actionnaires. La responsabilité pour le remboursement des dettes contractées se trouve sur la compagnie elle-même, et non sur pas les personnes qui le gèrent.

  • Une compagnie a une succession perpétuelle, indépendamment de la durée de vie ou démission des  propriétaires ou administrateurs. Elle continue à exister jusqu'à sa liquidation.[7]

  • En tant qu’une personne morale, une compagnie est capable de posséder des fonds et d'autres propriétés. Elle sera propriétaire de tous les biens qui lui sont conférés. Ainsi, la propriété de l’entreprise n'est pas la propriété de ses actionnaires.

  • Par rapport aux autres formes d'organisations commerciales, les entreprises bénéficient d'un taux d'imposition inférieur.

Les Désavantages :

  • Les formalités des entreprises de bonne organisation et le fonctionnement d'une société doit être suivie, de bénéficier des avantages d'être une personne morale.

  • Paperasserie est un élément considérable de formalités des entreprises qui doivent être suivie. Rapports et déclarations de revenus doivent être établis et déposés à temps.

  • La dissolution ne se fait pas automatiquement. Une société peut être dissoute volontairement ou involontairement. Mais la procédure est longue : la collecte des actifs d’entreprise, payer les créanciers et distribution des actifs entre autres.

  • Les sociétés ont des conséquences potentiellement double imposition - une fois quand lorsque l'entreprise fait son profit, et une seconde fois lorsque les dividendes sont versés aux actionnaires. 


2.3    Trusts
La Section 3 du Trust Act de 2001 prévoit que "un ‘trust’ existe lorsqu'une personne («fiduciaire») détient ou a acquis en lui ou est censée avoir acquis en lui, que propriété dont il n'est pas le propriétaire dans son propre droit, avec une obligation fiduciaire de détenir, d'utiliser, de traiter, de disposer au profit de toute personne (un «bénéficiaire»), …". La forme la plus commune et flexible des ‘trusts’ offshore à Maurice est le ‘discretionary trust’ parce qu’elles comprennent des pouvoirs de placement étendu[8] donnés aux fiduciaires et qui respectent les exigences des clients internationaux. Les ‘discretionary trusts’ peuvent être combinés par les fiduciaires avec des Global Business Companies, où les termes du ‘trust’ peuvent prévoir que les fiduciaires ne doivent pas interférer dans la gestion de ces sociétés.
Les Avantages et Inconvénients :
  • Peuvent servir à préserver l’actif de la famille à travers des générations.
  • La responsabilité limitée des bénéficiaires et dans l'éventualité que le ‘trust’ est insolvable ; l’actifs des bénéficiaires ne pourront pas être saisis pour rembourser les dettes contractées par les fiduciaires sous le ‘trust’.
  • Lorsqu'une personne transfère ses biens à un ‘trust’, ils sont protégés contre les revendications des créanciers cause par la faillite de ce dernier, par la structure du ‘trust’.
  • Il peut être très coûteux et complexe à établir et administrer des ‘trusts’.

2.4    Soletradership
C’est essentiellement une exécution des affaires où l'individu mène des activités commerciales généralement en son propre nom. Le ‘sole trader’ est indéfiniment responsable envers les créanciers parce que le Soletradership n'a pas de personnalité juridique distincte de celle du ‘sole trader’ et parce qu’il n’y pas de limitation de la responsabilité. Par conséquent, le ‘sole trader’ reçoit pleinement les profits de l'entreprise mais est également responsable des pertes occasionnées. À Maurice, le statut de ‘sole trader’ est largement utilisé pour la conduite des affaires et est régi par le ‘Code de Commerce’ aux Articles 1 à 16. Le nom de l'entreprise du ‘sole trader’ doit être enregistré avec le ‘Registrar of Companies’ s'il en utilise un et il doit également déposer des déclarations d'impôt annuelles à la Mauritius Revenue Authority.
Les Avantages : 
  • La forme la plus simple de faire des affaires.
  • Un minimum de procédures est requis et le ‘sole trader’ peut mener des affaires pourvu  qu’il est légal.
  • Le ‘sole trader’ a le contrôle total de son entreprise et ne doit pas aller au moyen de réunions d'actionnaires.
  • La prise de décisions est rapide pour faire face aux activités quotidiennes et le service donne à la clientèle est meilleur.
Les Inconvénients :
  • Le ‘sole trader’ est seul responsable de toute défaillance de l'entreprise ou des pertes importantes.
  • Il n'y a aucune responsabilité limitée.
  • La présence du ‘sole trader’ est requise chaque jour ouvrable pour prendre des décisions dans le cas contraire l’entreprise ne fonctionne pas. Il y a une dépendance sur le ‘sole trader’.
  • En général, les ‘sole traders’ ont peu ou aucune compétence pour la gestion, pour le financement, pour la commercialisation, d'achats et de surveiller leurs activités.
  • Cette forme d'entreprise n'est pas adaptée à grand niveau en raison de ressources limitées et de compétences.

3. Conclusion
La société offre à l'être humain le milieu humain dont il a besoin pour développer ses potentialités, en imposant à sa conduite les normes qui lui permettent de se structurer. La difficulté principale pour le choix d’un type de société tient à la nécessité d’un bilan global avantages-inconvénients, dressé par apport aux données d’un projet dont les contours ne sont pas forcément stables et toujours réfléchis.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Bibliographie
Sites Web
Société en nom collectif
  • http://www.dmp.finances.gouv.ci/pdf/les_types_d_entreprises_de_l_OHADA.pdf
  • http://www.lentreprise.com/1/2/5/societes-de-personnes-avantages-et-inconvenients_18649.html
  • http://www.vitaminedz.com/spa-sarl-eurl-et-societes-anonymes/Articles_15688_24431_43_1.html
  • http://www.salonmicroentreprises.com/conference/document/c_document1_Entreprise-individuelle-ou-s.pdf
Société en Commandite Simple
  • http://www.apce.com/pid594/scs.html?espace=1&tp=1
  • http://www.belgium.be/fr/economie/entreprise/creation/types_de_societe/scs/
Companies
  • http://www.mcci.org/business_procedures_setting_enterprise.aspx
  • http://www.allbusiness.com/business-planning/business-structures-corporations/686-1.html
  • http://www.ocra-mauritius.com/local/domestic-company.asp
  • http://www.irsmanagementservices.com/en/more-information/About-Onshore-Domestic-Companies/
  • www.investopedia.com
Trusts
  • http://www.alliance-mauritius.com/trusts.php
Soletradership
  • http://www.articlesbase.com/business-opportunities-articles/legal-issues-concerning-a-sole-tradership-443017.html

Lois Législatives
  • Codes Annotes de L’ile Maurice; 3 Code de Commerce et Code de Procédure Civile
  • Code Civil Mauricien
  •  The Companies Act 2001
  • The Trusts Act 2001
  • The State Trading Corporation Act
  • The State Insurance Corporation of Mauritius Act


[1] Section 21(4) de la ‘Companies Act 2001’:” Every company is either a public company or a private company”.
[2] Section 270 de la’Companies Act 2001’
[3] Section 21(2) de la ‘Companies Act 2001’
[4] Section 2 de la ‘Companies Act 2001’
[5] Section 2 de la ‘Companies Act 2001’
[8] La Section 49 du Trusts Act 2001



[i] Article 7 du Code de Commerce Mauricien. Nul ne peut, directement ou par personne interposée, pour son compte ou pour le compte
                  1o d'une condamnation définitive d’au moins trois annees de servitude pénale;
                  2o d'une condamnation définitive pour une infraction révélant une fraude, une malhonnêteté, un détournement ou une soustraction de bies telle notamment que le vol, escroquerie, l’abus de confiance, le recel, le détournement commis par les dépositaires de deniers publics ou le faux en écriture privée, de commerce ou de banque.
Néanmoins, le Juge en Chambre peut, à la requête de la personne frappée de l'incapacité d'exercice prévue par l’alinéa ler, et le Ministère Public  entendu, lever l'interdiction formulée par ce texte lorsque la personnalité de l’anden condamné justifie désormais l’adoption d'une telle mesure ou lorsque le maintien de cette interdiction risque de présenter pour le requérant ou sa famille des inconvénients économiques d'une particulière gravité.

[ii] Article 43 du Code de Commerce Mauricien. Les parts sociales ne peuvent être cédées qu'avec consentement de tous les associés.
                  Toutefois, les statuts peuvent stipuler:
         1. Que les parts des associés commanditaires sont librement cessibles entre associés;
         2. Que les parts des associés commanditaires peuvent être cédés à des tiers étrangers à la société avec le consentement de tous les commandités et de la majorité en nombre et en capital des commanditaires;
         3. Qu'un associé commandité peut céder une partie de ses parts à un commanditaire ou à un tiers étranger à la sociétés dans les conditions prévues au 2. dessus.